Dent du Géant (4013m) – Massif du Mont-blanc – 14,15 octobre 2017

Tout d’abord je tiens à remercier Francine qui m’a donné envie de retourner à la Dent du Géant, 44 ans, après ma première visite du Massif du Mont-Blanc.
Ce matin là, de très bonne heure, avec mon compagnon de cordée de l’époque, nous avions parcouru les Arêtes de Rochefort en aller-retour jusqu’à l’Aiguille éponyme.
Puis en fin de matinée nous avions gravi la Dent en suivant les grosses cordes de chanvre qui traçaient la voie jusqu’au sommet !
De nos jours, ces cordes ont été remplacées par d’autres moins imposantes, mais tout aussi inutiles.
En effet comme le dit le grand Gaston Rébuffat : « A 4000m il est bien plus fatigant de faire des tractions sur les bras que de grimper sur les pieds ».
Et je rajoute qu’elles sont glissantes et rendent la gymnastique périlleuse.

Samedi matin à 8h30, nous prenons, Ludo et moi, la première benne du téléphérique de Courmayeur (La Palud 1730m) qui nous monte au Refuge Torino (3375m) tout à coté du Col du Géant (3365m).
9h15 départ du Col du Géant en compagnie de 5 cordées franco-italiennes qui s’échelonnent sur la trace.
10h25 arrivée au pied du socle en rocher brisé
11h35 arrivée à la « Salle à manger » au pied de la Dent où nous faisons une pause casse-croute…
15h sommet
17h retour à la salle à manger en 4 rappels
Cela n’a pas été une partie de plaisir, car nous étions trop nombreux engagés dans les rappels, exercice accidentogène par excellence… Attente, imbroglio de cordes, ce furent les seuls moments désagréables de cette sublime journée.
19h arrivée au Refuge Torino à l’heure de la soupe.
Au final une très très belle course.
L’escalade de la Dent est merveilleusement aérienne sur un rocher magnifique.
Du sommet exigu, le panorama est sans exagérer l’un des plus beaux des Alpes avec l’immense versant italien du Mont-Blanc, la Combe Maudite et son Grand Capucin, les Aiguilles de Chamonix, les Drus, l’Aiguille Verte, Les Jorasses, etc…
Sans oublier les glaciers avec la Mer de Glace et ses anneaux.
Nous avons fait aussi de belles rencontres dont, cerise sur le gâteau, un papa et sa fille qui sont redescendus en parapente sur Courmayeur après un décollage spectaculaire depuis la « Salle à manger ».
Comme dirait mon ami Yves de Frontonas : « carton plein »
Encore merci Francine !
Le lendemain avant de redescendre dans la vallée, nous prolongeons notre petite aventure par la traversées des Aiguilles Marbrées.

L’Arche du Vet par le sentier oublié de Gragnolet – 5 octobre 2017

Cela faisait un moment que nous projetions de visiter cette  Arche du Vet, curiosité géologique particulièrement difficile d’accès.
Son rocher, de la dolomie de couleur à dominante jaune,  contraste fortement avec son environnement.
Pour l’atteindre, nous avons pris le sentier oublié qui monte de Gragnolet au Vet par la combe du Pré du Rat.
Quelques cairns aident à se repérer, mais certains passages sont intuitifs.
A l’altitude 1700m, on le quitte pour traverser au mieux de raides pentes herbeuses et on découvre enfin notre Arche !
La balade se poursuit plus facilement par une sente plein ouest qui ramène sur le sentier balisé de l’itinéraire habituel.
L’ascension de la Tête du Vet (2162m) prolonge la grimpette.
Une balade sportive dans un vallon extrêmement sauvage.

 

 

Tape qu’une fois – Gerbier – Massif du Vercors – 27 septembre 2017

Encore un bon plan de François pour garder la forme et prendre du muscle, merci à lui.
L’objectif du jour, « Tape qu’une fois » au Gerbier dans le massif du Vercors, que l’on pourrait rebaptiser « Tape dur » !
La voie est située dans la partie gauche de la face est du Gerbier (2109m), en bordure gauche du Grand Couloir.
Une voie majeure, très continue avec un équipement souvent distant.
Tous les styles de grimpe sont sollicités.
Les passages sont souvent obligatoires et demandent au leader une bonne marge !
Cotation : TD+, 7a max, 6b+ obligatoire
300m, 9 longueurs
Ouverte par un maitre dans l’équipement Bruno Béatrix

Via souterrata de La Tune – Massif du Dévoluy – 25 septembre 2017

Via ferrata et spéléologie, il fallait y penser et l’oser !
C’est chose faite depuis l’inauguration le 1er juillet 2017 de la via souterrata de La Tune, à Superdévoluy tout près de chez nous.
Le massif du Dévoluy est extrêmement riche en grottes, trous et autres cavités appelées chourums.
Une région toute indiquée pour l’aménagement de la première via souterrata en Europe !
Peu athlétique, la via se déroule sur 200m de distance pour un dénivelé de 30m.
Le parcours décrit une boucle avec l’entrée située tout à coté de la sortie !
La principale difficulté est le franchissement de quelques étroitures à faire sans sac à dos et après une cure minceur…
Tout en photos et vidéo, les acrobaties de notre spéléologue du jour : Francine