Aiguille du Midi – Arête des Cosmiques – Massif du Mont-Blanc – 24 septembre 2016

Trois générations sur l’Arête des Cosmiques à l’Aiguille du Midi (3842m).
Fidèle à la tradition familiale, Marceau (10 ans) a gravi cette somptueuse arête, bien encadré par son papa et son papé.
Une course magnifique sur l’un de plus beau granit qui soit.
Une course facile d’accès depuis le téléphérique de l’Aiguille du midi et qui en fait l’une des plus fréquentées du Massif du Mont-Blanc.
Une course extrêmement photogénique immergée au cœur du massif.
Un panorama époustouflant sur tous les futurs objectifs de notre apprenti alpiniste.

Cotation globale AD, 4a max si l’on passe au plus facile
Horaire : 1h d’approche et 3 à 4h sur l’arête

 

Face nord des Grandes Jorasses (4208m) – Éperon de la Pointe Walker – Massif du Mont-Blanc – 24 août 2016

La face nord des Grandes Jorasses est l’une des 3 grandes faces nord des Alpes avec celles du Cervin et de l’Eiger.
C’est une gigantesque muraille de 1200m de haut.
Avec mon fils Clément, nous avons profité de l’anticyclone et des bonnes conditions de la paroi en cette fin août.
Nous choisissons l’éperon de la Pointe Walker qui est l’une des ascensions les plus célèbres des Alpes.
La Walker est une grande course mixte très engagée, la retraite est délicate.
Dans cette immense paroi, la recherche de l’itinéraire n’est pas évidente.
– 37 longueurs
– Engagement : VI
– Cotation de l’ensemble ED-
– Cotation libre obligatoire : 6a
La voie est réalisable dans la journée, mais la plupart des cordées bivouaquent dans la face.
Avec Clément nous nous sommes levés à 1h du matin et avons quitté le Refuge de Leschaux à 1h30 pour arriver à 4h30 à la rimaye.
A 19h nous étions au sommet.
La descente par la voie normale en versant sud de la Pointe Walker, jusqu’au Refuge Boccalatte, est longue et complexe sur des glaciers très ouverts et chaotiques.
A 1h nous arrivons enfin au refuge et je suis en miettes…
Merci à mon fils de m’avoir guidé et permis de réaliser ce rêve.
Merci aussi à ma cheville à peine remise d’une méchante entorse.
On a aussi beaucoup pensé à Matthieu le deuxième fiston de la famille avec qui j’ai vécu tant de belles aventures en montagne.

Aiguille Verte – Versant Nant Blanc (face nord-ouest) – Massif du Mont-Blanc – 8 et 9 juillet 2016

L’Aiguille Verte (4122m) est l’une des plus belles montagnes de l’Arc Alpin.
Située dans le Massif du Mont-Blanc, la gravir est le rêve de beaucoup d’alpinistes.
Aucune voie d’accès n’est aisée et en redescendre par le Couloir Whymper, sa voie normale (orientée Est), est souvent long et délicat.
Avec mon fils Matthieu en 1997, nous gravissons sa face-nord, skis sur le sac, par le Couloir Couturier, long toboggan de neige et de glace de plus de mille mètres de hauteur.
Nous descendrons par le Whymper à skis pour Matthieu et à reculons pour moi !
Le versant Nant-Blanc de l’Aiguille Verte qui domine la Vallée de Chamonix, est incontestablement le plus sauvage et le plus haut avec 1300m de dénivelé.
La descente à ski du Nant-Blanc est considérée comme la plus mythique des Alpes.
C’est ce versant aujourd’hui qui nous intéresse, avec un superbe itinéraire direct à l’aplomb de l’Aiguille Sans-Nom (3982m), parcouru par mon fils Clément et Julien son grand ami.
Tous deux sont guides et entre deux engagements, ils se sont offert des vacances !
Dans le bas de la face ils ont remonté le bastion rocheux de la voie Gabarrou-Silvy, sur 8 longueurs magnifiques.
Ensuite ils ont aménagé un bivouac confortable en taillant dans la neige une bonne plateforme.
Le lendemain ils ont rejoint par des pentes de neige et de glace la goulotte « Mohr Marsigny« , puis par des passages rocheux le sommet de l’Aiguille Sans Nom.
De là, ils ont suivi la spectaculaire et photogénique Arête Sans Nom jusqu’au sommet de l’Aiguille Verte.
Les conditions de neige étant bien ramollies en face est, ils ont descendu en rappel la rive gauche du Whymper en 4h.
Cette belle aventure tout en images ramenées par Julien et Clément :

 

.

 

Col du Sélé – Massif des Écrins – 15,16 juillet 2016

Quatre jeunes apprentis montagnards découvrent les joies de l’Alpinisme :

      • Montée au Refuge du Sélé 2511m
      • Nuit dans des bas-flancs sous les couvertures qui grattent
      • Réveil à 4h
      • Petit-déjeuner « ricrac »  (bol de chocolat + 2 tranches de pain + 1 mini confiture + 1 mini beurre + 1/2 verre de jus d’orange)
      • Départ à la frontale
      • Approche dans la caillasse
      • Mettre les crampons
      • Marcher sans se prendre les pieds dans le pantalon et la corde
      • Arriver au Col du Sélé (3283m) ou il n’y a même pas un MacDo !!!
        Mais que c’est beau la haut !!!

Ensuite, le plus dur reste à faire, avec l’interminable descente dans la vallée et ses 1850m de dénivelé.
Au final, les enfants à peine arrivés au camping sont repartis aussi sec jouer au ballon : increvables !
Quant aux grands-parents, après cette descente XXL, ils ont terminé en miettes !

La preuve en images :

 

 

 

Piz Badile – Voie Cassin – 30 août 2015

La Voie Cassin, ouverte en 1937 dans des conditions dramatiques, a été le premier itinéraire parcourant la grande face NE du Piz Badile.
En 1948 Gaston Rébuffat la classe parmi les 6 plus grandes escalades des Alpes.
De nos jours elle reste une ascension longue et sérieuse, qui se déroule dans une ambiance grandiose et sévère.
Son développement est d’environ 1000m.
Depuis toujours l’idée me trottait dans la tête de parcourir cette voie mythique.
François qui l’a gravie il y a 2 ans m’en a souvent parlé et en garde d’excellents souvenirs.
C’est donc encordé avec Clément mon guide de fils, que le rêve est devenu réalité ce dimanche 30 août 2015.
Mais qu’il est loin le massif du Bergel !
Partis samedi à 7h de Valbonnais, nous débutons la petite montée au refuge suisse de Sasc Furä à 16h.
Marie-Pierre notre soutien moral et logistique est avec nous et redescendra le lendemain pour faire la manip de voiture côté italien.
A Sasc Füra, excellent accueil des gardiennes.
Nous sommes une trentaine  de personnes, venues essentiellement pour la magnifique arête nord, dont 2 cordées pour la Cassin.
Avec Clément nous quittons le refuge à 5h30 dans les derniers pour éviter la bousculade habituelle.
2 autres cordées qui ont bivouaqué au plus près de la face démarrent l’escalade à la frontale !
Au final 5 cordées qui parlent toutes les langues : l’autrichien, l’allemand, l’italien et le français.
Nous atteignons la brèche qui donne accès à la face nord-est au lever du jour, et ensuite le pied du dièdre Rébuffat à 7h30.
A 9h et 8 longueurs plus tard nous faisons une pause saucisson/fromage, après avoir doublé courtoisement 2 cordées.
Je souffle enfin, j’étais dans le rouge.
Je me demande si Clément n’est pas en train de me faire expier tout ce que je lui ai fait subir en montagne petit ?
Mais il a bon fond !
C’est donc plus tranquillement que nous remontons les 10 dernières longueurs jusqu’à l’arête sommitale que nous atteignons à 12h30.
A 13h30 nous sommes au sommet.
Longue pause casse-croute à admirer toutes les montagnes alentour que nous connaissons si mal.
La descente en face sud côté italien est moins compliquée que prévu et c’est d’un pied de sénateur que nous arrivons au refuge Gianetti vers 16h.
Quelle joie 1 h plus tard de voir arriver Marie-Pierre et la clef de la voiture !
Dans ce refuge les gardiennes sont des gardiens très sympathiques qui nous ont cuisiné entre autres, des pastas à la carbonara fabuleusement bonnes.
Comme dirait un bon ami à moi : carton plein.