Gorges du Drac – No Country For Old Climber – 7 mai 2019

Une très jolie escalade à l’aplomb des Gorges du Drac dans le secteur des Épalus.

Cette voie fort raide propose de belles longueurs athlétiques, homogènes et continues dans le niveau 6a (6b+ max, 5c obligatoire).

Très belle ambiance avec une vue imprenable sur l’Arête du Trident de Cognet pour la grimpe et le Pont de Ponsonnas pour le saut à l’élastique. Décidément nous habitons une région formidable !

Au final, une chouette après-midi de grimpe avec Pierre-Henri et comme il est d’usage sur ce blog, un grand merci à l’ouvreur.

l’arêtequinapasencoredenom – Gorges du Drac – 9 avril 2019

Cette arête qui n’a pas encore de nom nous a réservé quelques surprises ! Dans les trois premières longueurs tout se passe bien, l’équipement comme d’habitude est irréprochable et même si ce n’est pas le Verdon, l’escalade est plaisante et le caillou correct à condition de « faire le tri » dans les prises de pieds et de mains.

Mais c’est pour la suite que j’ai regretté de ne pas avoir pris mes crampons. Sur 3 longueurs on remonte vaillamment l’arête qui est dans un état de décomposition avancé, toujours bien protégés par des points judicieusement placés : l’ouvreur a du métier !

Heureusement la partie terminale nous réserve une bonne surprise ! Après une courte traversée terreuse sur la droite, on se trouve au pied d’un magnifique mur vertical avec 2 longueurs athlétiques en fissures (5c/6a).

Cette sortie particulièrement soutenue s’évite en montant tout droit sur 2 longueurs faciles mais terreuses.

La journée est sauvée ! Au final une course peu soutenue, pleine de caractère dans un cadre splendide. La vue sur l’arête du Trident de Cognet est vraiment incroyable !

Mais attention, certains passages sont délicats et requièrent une certaine expérience de progression en terrains émiettés…

Remarque : topo et nom finalisé (*) sortiront dans quelques temps dans le Roc-Info, la publication de l’ECI (Escalade Club de l’Isère – Le club des équipeurs de l’Isère)

(*) qui dévoilera sans fard l’état déliquescent des lieux…

Merci vraiment à Pascal de m’avoir proposé de découvrir ensemble cette toute nouvelle voie. Et encore un autre grand merci à l’ouvreur Jean-Michel Cambon !

Arête de Chabotte – Vallée de la Roizonne – 28 mars 2019

Chabotte est une longue arête de 20 longueurs peu soutenues et très bien équipées le tout dans une ambiance fort agréable et dans un cadre haute-montagne face aux sommets du Taillefer, du Grand Armet, du Coiro et de la Grisonnière.

Pour l’approche et le retour, avec la trace téléchargeable ci-dessous, vous ne pouvez pas vous perdre.

Difficulté : 6a / A0 max, 5b obligatoire. Dans la deuxième partie, certaines longueurs peuvent se remonter cordes tendues. Le rocher dans l’ensemble est bon à excellent. Attention néanmoins à ne pas trop « lambiner » car l’arête est longue… Avec Pierre-Henry nous avons mis 4h30.

Au final une très belle course avec du vent et des températures frisquettes. La partie finale en grosses chaussures et gants a été un vrai bonheur !

On ne remerciera jamais assez les ouvreurs pour le travail souvent titanesque qu’ils réalisent pour le plaisir du plus grand nombre. Alors merci à Pascal Huss et Bernard Adourian !!!

Télécharger

Le Trident de Cognet – Gorges du Drac – 26 mars 2019

Encore une journée de vent et ça doit « souffler sévère » sur le plateau matheysin ! Mais comme l’escalade débute au ras de l’eau tout en bas des gorges, je me dis que l’on devrait être à l’abri. Que nenni, nous serons chahutés tout du long dans une ambiance patagonienne bien fraîche.

Le Trident de Cognet est une voie atypique qui remonte une fine arête, flanquée de plusieurs pinacles fortement redressés.
Vu de la route d’en face, l’ensemble est spectaculaire et de toute beauté. La 8ème merveille du Dauphiné ?
Le rocher est bon à excellent.
Les points plutôt rapprochés et les relais béton !
11 longueurs pour 230m de dénivelé.
6a max, 5c obligatoire

A noter l’équipement courant 2018 d’une très jolie variante en 6a sur la droite de la L9 (cotée 6a+ avec 3 points d’A0), rendant l’escalade bien plus homogène. Enfin il y a quelques jours, pour faciliter la descente en rappel du R7, l’ouvreur a rajouté une chaine 20m plus bas, ce qui permet pour une cordée de 2 de n’emporter qu’un brin de 50m.

Une escalade qui m’apporte toujours beaucoup de plaisir !
Le grimpeur vieillissant que je suis remercie encore une fois Jean-Michel Cambon pour ce travail titanesque et de qualité.
Merci également à Pierre-Henry pour ce bon moment partagé.
Le tout en images et photos !