Piz Badile – Voie Cassin – 30 août 2015

La Voie Cassin, ouverte en 1937 dans des conditions dramatiques, a été le premier itinéraire parcourant la grande face NE du Piz Badile.
En 1948 Gaston Rébuffat la classe parmi les 6 plus grandes escalades des Alpes.
De nos jours elle reste une ascension longue et sérieuse, qui se déroule dans une ambiance grandiose et sévère.
Son développement est d’environ 1000m.
Depuis toujours l’idée me trottait dans la tête de parcourir cette voie mythique.
François qui l’a gravie il y a 2 ans m’en a souvent parlé et en garde d’excellents souvenirs.
C’est donc encordé avec Clément mon guide de fils, que le rêve est devenu réalité ce dimanche 30 août 2015.
Mais qu’il est loin le massif du Bergel !
Partis samedi à 7h de Valbonnais, nous débutons la petite montée au refuge suisse de Sasc Furä à 16h.
Marie-Pierre notre soutien moral et logistique est avec nous et redescendra le lendemain pour faire la manip de voiture côté italien.
A Sasc Füra, excellent accueil des gardiennes.
Nous sommes une trentaine  de personnes, venues essentiellement pour la magnifique arête nord, dont 2 cordées pour la Cassin.
Avec Clément nous quittons le refuge à 5h30 dans les derniers pour éviter la bousculade habituelle.
2 autres cordées qui ont bivouaqué au plus près de la face démarrent l’escalade à la frontale !
Au final 5 cordées qui parlent toutes les langues : l’autrichien, l’allemand, l’italien et le français.
Nous atteignons la brèche qui donne accès à la face nord-est au lever du jour, et ensuite le pied du dièdre Rébuffat à 7h30.
A 9h et 8 longueurs plus tard nous faisons une pause saucisson/fromage, après avoir doublé courtoisement 2 cordées.
Je souffle enfin, j’étais dans le rouge.
Je me demande si Clément n’est pas en train de me faire expier tout ce que je lui ai fait subir en montagne petit ?
Mais il a bon fond !
C’est donc plus tranquillement que nous remontons les 10 dernières longueurs jusqu’à l’arête sommitale que nous atteignons à 12h30.
A 13h30 nous sommes au sommet.
Longue pause casse-croute à admirer toutes les montagnes alentour que nous connaissons si mal.
La descente en face sud côté italien est moins compliquée que prévu et c’est d’un pied de sénateur que nous arrivons au refuge Gianetti vers 16h.
Quelle joie 1 h plus tard de voir arriver Marie-Pierre et la clef de la voiture !
Dans ce refuge les gardiennes sont des gardiens très sympathiques qui nous ont cuisiné entre autres, des pastas à la carbonara fabuleusement bonnes.
Comme dirait un bon ami à moi : carton plein.

6 Comments

  1. Nadine et Michel Moreau

    Impressionnant, magnifique! Bravo pour votre courage. Clément à l’air aussi à l’aise que dans un pique-nique sur l’herbe! Et toi tu es si enthousiaste. Un vrai artiste aussi pour les films et photos, la paysage est superbe, et quelle lumière !
    Ca me fait vraiment plaisir que tu aies pu réaliser ce rêve avec ton fils..
    Mille bisous, aussi à Marie Pierre et à bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.