Cascades du Vallon de la Selle – Massif des Écrins – Les Hémos à Godo – 21 février 2019

Ce vallon également appelé « Vallon du Diable », est l’un des plus sauvages du massif des Écrins et mène, après 3h de marche, au refuge de la Selle. En hiver c’est un paradis pour le glaciériste, avec ses nombreuses cascades, à 1h / 1h30 d’approche. En versant nord certaines cascades peuvent rester en condition jusqu’en mai ! Les cascades font plusieurs longueurs dans tous les niveaux de difficulté. Mais attention ! Certaines, en particulier les Hémos à Godo, sont très exposées aux avalanches quand il neige ou en période de redoux. Par grand vent elles sont également exposées aux spindrifts (coulées de poudreuse).

L’ambiance haute-montagne est garantie.

Avec Jérôme et Steve nous quittons le parking situé au dessus de Saint Christophe en Oisans aux premières lueurs du jour pour arriver les premiers au départ. La règle étant de ne jamais s’engager derrière une cordée au risque de se recevoir des glaçons ! Pour cette sortie, mon projet était de gravir la « Verge du Démon », mais arrivés à vue, cette cascade s’avère impraticable, le tube n’est plus en place… Qu’importe les possibilités ne manquent pas : ce sera donc les « Hémos à Godo », énorme cascade aux formes généreuses comme un tableau de Rubens.

L’escalade débute par une goulotte de 40m. Ensuite 2 possibilités

– soit classiquement, tout droit dans l’axe en remontant deux courts ressauts entrecoupés de pentes de neige jusqu’à venir buter au pied d’un vaste amphithéâtre. Ensuite toujours tout droit par une superbe longueur soutenue, suivie d’une dernière plus tranquille.

– soit on rejoint sur la gauche un ensemble de ressauts et de bombé jusqu’à l’amphithéâtre que l’on franchi par un long mur très soutenu. C’est l’option que nous choisissons.

La glace est particulièrement dure, très lisse et parfois cassante. J’ai rarement autant ressenti l’impression de grimper sur une vitre. Les relais se font obligatoirement sur broches et il est important de prévoir 4 broches supplémentaires. Que du bonheur, mais quel supplice pour les mollets !!!

Descente en rappels sur abalakov (lunules) et les relais en place.

Retour au soleil dans le vallon pour clore cette superbe journée au grand air.

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.