Colère du Ciel – Les Fréaux – 24 février 2020

Une première grande voie en cascade de glace pour Camille et son papa Jérôme.

Pour cela nous choisissons la grande classique de la vallée de la Romanche « Colère du Ciel » située à l’aplomb du village des Fréaux et qui, en ce moment, est la seule cascade raisonnablement grimpable dans ce secteur ! Elle est beaucoup moins joufflue que d’habitude, mais les conditions sont parfaites. La glace est excellente et le grand beau temps au rendez-vous même si le soleil reste en face coté Chazelet !!!

Nous sommes seuls hormis un guide et ses clients que nous croisons à la descente, une rencontre très chaleureuse.

Au final une grande et belle journée : carton plein !

Mur de Supercramp – Alpe d’Huez – 23 janvier 2020

Dans notre région, il semblerait que 2020 ne restera pas dans la mémoire des glaciéristes, pour le moment du moins…

Avec Pierre-Henri nous retournons à l’Alpe d’Huez où la plupart des secteurs sont grimpables… Nous choisissons le Mur de Supercramp, je n’y étais pas retourné depuis des années. Sur place nous faisons connaissance de 3 jeunes très sympathiques que j’ai eu plaisir à photographier depuis Supercramp Direct.

Nous débutons la séance par Supercramp Direct où je prends la douche et une onglée phénoménale dans le mur de 90 au départ ! Superbe longueur fort soutenue de 55m pas idéale pour s’échauffer, cette cascade porte bien son nom ! Après la pause casse-croute nous remontons sur 2 petites longueurs une ligne entre Dessous Dessus et la Grotte.

Ci-joint la galerie photo du jour, mais aussi une galerie photo des années 90 où la glace abondait !

Et quelques photos prises dans les années 90

Symphonie d’Automne – Alpe d’Huez – 8 janvier 2020

Enfin une cascade au nom plein de poésie « Symphonie d’Automne« . C’est la grande classique de l’Alpe d’Huez, incontestablement la plus belle et son orientation plein sud permet de grimper au soleil l’après-midi !

Elle est rapidement en condition et se remonte sur 3 longueurs avec des difficulté du 3+ au 4+. La sortie directe, non obligatoire, propose quelques mètres à 90.

Merci à Dorian mon compagnon de cordée, jeune loup aux dent longues et aux piolets bien affutés !

Nous avons eu une pensée pour Godefroy Perroux au relai de la 3ème longueur où une plaque salue sa mémoire. Il en a fait la première ascension le 30 novembre 1979 avec Bernard Miard et Jean-Marc Tellé, tous originaires du plateau matheysin.

Cascades du Vallon de la Selle – Massif des Écrins – Les Hémos à Godo – 21 février 2019

Ce vallon également appelé « Vallon du Diable », est l’un des plus sauvages du massif des Écrins et mène, après 3h de marche, au refuge de la Selle. En hiver c’est un paradis pour le glaciériste, avec ses nombreuses cascades, à 1h / 1h30 d’approche. En versant nord certaines cascades peuvent rester en condition jusqu’en mai ! Les cascades font plusieurs longueurs dans tous les niveaux de difficulté. Mais attention ! Certaines, en particulier les Hémos à Godo, sont très exposées aux avalanches quand il neige ou en période de redoux. Par grand vent elles sont également exposées aux spindrifts (coulées de poudreuse).

L’ambiance haute-montagne est garantie.

Avec Jérôme et Steve nous quittons le parking situé au dessus de Saint Christophe en Oisans aux premières lueurs du jour pour arriver les premiers au départ. La règle étant de ne jamais s’engager derrière une cordée au risque de se recevoir des glaçons ! Pour cette sortie, mon projet était de gravir la « Verge du Démon », mais arrivés à vue, cette cascade s’avère impraticable, le tube n’est plus en place… Qu’importe les possibilités ne manquent pas : ce sera donc les « Hémos à Godo », énorme cascade aux formes généreuses comme un tableau de Rubens.

L’escalade débute par une goulotte de 40m. Ensuite 2 possibilités

– soit classiquement, tout droit dans l’axe en remontant deux courts ressauts entrecoupés de pentes de neige jusqu’à venir buter au pied d’un vaste amphithéâtre. Ensuite toujours tout droit par une superbe longueur soutenue, suivie d’une dernière plus tranquille.

– soit on rejoint sur la gauche un ensemble de ressauts et de bombé jusqu’à l’amphithéâtre que l’on franchi par un long mur très soutenu. C’est l’option que nous choisissons.

La glace est particulièrement dure, très lisse et parfois cassante. J’ai rarement autant ressenti l’impression de grimper sur une vitre. Les relais se font obligatoirement sur broches et il est important de prévoir 4 broches supplémentaires. Que du bonheur, mais quel supplice pour les mollets !!!

Descente en rappels sur abalakov (lunules) et les relais en place.

Retour au soleil dans le vallon pour clore cette superbe journée au grand air.

Cascades des Tourengs – Le Double Tube à l’Y de droite – Champsaur – 7 février 2019

En trois semaines, c’est ma quatrième visite à ce magnifique site des Tourengs. Aujourd’hui, avec Didier et Steve, nous allons être particulièrement gâtés.

Notre destination : le splendide cirque glaciaire niché tout en haut de l’Y de droite. Notre choix : le Double Tube, planté au centre de cet univers de glace éphémère et qui semble défier les lois de la gravité. Sa durée de vie est de quelques semaines au plus. Quel gâchis !

C’est le premier jour de redoux après plusieurs semaines de froidure. Trop habillés, nous sommes arrivés presque en nage au pied de l’édifice. L’escalade est technique, bien continue sur une glace aux formes étonnantes : un régal !