Cascade Les Valseuses – Les Fréaux – 13 février 2017

Encore une grande classique des Fréaux.
Beaucoup de neige dans l’approche et pas de traces de passages récents.
Dans les trois premières longueurs peu inclinées, la neige recouvre en grande partie la glace.
Mais l’arrivée en vue du magnifique Cigare des Valseuses est une divine récompense !
Un petit tour derrière le tube s’impose avec relais sur broche.
Puis une courte longueur nous amène à un confortable relais sur arbre face à l’objectif.
Steve nous fera de belles photos, quant à moi depuis le haut je lui rendrai la politesse.
Excellentes conditions et le tout sans se mouiller !
Cotation IV+
En règle générale, les cascades des Fréaux résistent longtemps au redoux.
Il n’est pas rare de pouvoir faire Colère du Ciel jusqu’à la mi-avril.
Aucune cordée sur l’ensemble du site.
Encore une belle journée avec Patrick et Steve.

Cascade de Rif Bruyant – Massif du Taillefer – 9 février 2017

Douche à tous les étages au Rif Bruyant !
Ce jour-là, réchauffement oblige, une tenue canyoning aurait été plus adaptée.
Il y a longtemps que cette belle cascade m’intriguait.
Rarement formée, on l’aperçoit furtivement, depuis la route de La Mure à l’Alpe du Grand Serre, un peu avant le Hameau du Mollard.
Exceptionnellement, un gros cigare de 20m de haut se forme.
Il repose sur un large socle en forme de cloche.
A la fin de l’épisode de froidure du mois de janvier, le tube était en place, mais avec le redoux de ces derniers jours, il s’est écroulé.
Comme toujours il faut être là au bon moment.
Mais qu’importe, l’escalade du socle est, à elle seule, particulièrement sympa et mérite une visite.
Les impressions sont trompeuses, la grimpe qui s’annonçait pépère, s’avère délicate.
La première partie est raide avec une glace recouverte de neige croutée.
En haut sous la cloche, la pluie a transformé la glace en de fragiles feuillets, empilés les uns sur les autres.
Grimpe tout en douceur, très psycho sur une dizaine de mètres, puis ça se calme…
Aucun équipement en place.
Nous fabriquons 2 lunules pour la descente en rappel (45m).
Approche :
Depuis le Hameau du Mollard, emprunter le chemin du Rif Bruyant qui décrit une traversée, puis entre en sous-bois.
Ne pas prendre le pont qui traverse le torrent, mais poursuivre la montée tout droit jusqu’aux maisons en pierres de l’ancien Hameau de Rif Bruyant.
Une bonne centaine de mètres avant celles-ci, traverser à gué le torrent et monter à vue.
altitude (1150m)
Difficulté 3+/4 pour le socle et V pour le tube

Cascade du Pas de l’Aiguille – Vercors – 25 janvier 2017

La Cascade du Pas de l’Aiguille est vraiment une très belle cascade, située dans un environnement étonnant.
Nichée dans le creux d’une raide paroi au rocher délité, elle fait face au Mont-Aiguille.
Bref : une ambiance unique.
Je l’avais déjà parcourue juste avant le Réveillon du 31 décembre 1996 avec Yves, puis le lendemain du Jour de l’an 2002 avec Brigitte et Jacques.
Cette-fois-ci, après toutes ces années, j’y retourne en réversible, avec François grand connaisseur du Pas de l’Aiguille qu’il a parcouru de nombreuses fois.
A cette occasion il me fait découvrir 2 relais sur pitons bien confortables situés en rive gauche, alors que je faisais à mon époque préhistorique, tous mes relais sur broches !
Le charme fou de l’activité cascade de glace, à forte dominante sado-maso, est de ne jamais avoir les mêmes conditions à chaque sortie.
François attaque la première longueur par 8 mètres verticaux très stalactités et bien psycho : ça démarre fort !
La suite est un peu plus simple, mais encore longue jusqu’au premier relais.
Dans la deuxième longueur, sous la douche et avec les lunettes trempées, je remonte un pilier redressé.
J’arrive enfin au relais les mollets en feu : sublime délivrance !
L’inconvénient de grimper en réversible est d’enchainer 2 longueurs à la fois et en glace ou l’on progresse constamment sur les pointes avant des crampons, l’exercice est parfois douloureux.
Les longueurs suivantes un peu moins raides sont tout aussi belles..

Hauteur : 220m
Escalade soutenue
4+/5 pour les 2 premières longueurs
3/3+ pour les suivantes
(Cotations indicatives en fonction des conditions rencontrées)

Colère du Ciel – Vallée de la Romanche -Les Fréaux – 17 janvier 2017

Tout le monde en parle…
Une vague de froid exceptionnelle qui traverse la France ces jours-ci appelle à la plus grande vigilance.
Les personnes âgées qui y sont particulièrement sensibles, doivent éviter de sortir de chez elles en restant bien au chaud.
Mais peut-on aussi faire du sport quand les températures sont aussi basses tout en cumulant l’handicape du grand âge ?
La réponse est évidement NON !!!
Mais voilà, il y aura toujours des inconscients pour passer outre les conseils les plus élémentaires  de prudence.
C’est ainsi que 3 papys ont été aperçus dans une cascade de glace, excusez du peu, à plus de 1800m d’altitude, dans la Vallée de la Romanche, au lieu dit Les Fréaux, dans le Massif du Grand Oisans.
Une pure folie par des températures proches des -20 degrés amplifiées par un vent tempétueux  !!!
Après renseignements pris, il semblerait que ces casse-cous soient tous originaires d’une région rude, mais ô combien belle et attachante : le Plateau Matheysin.
Pour preuve de leur inconscience, ils sont passés au plus raide tout en brochant parcimonieusement !
Le détail de leur folle aventure :
– 300m de dénivelé
– 8 longueurs en 3+ / 4
– Variante de la 5ème longueur avec visite guidée de la grotte glacée (je précise : inclus dans le forfait de groupe !).
– Relais équipés pour descente en rappel

La preuve en images !

La Croupe de la Poufiasse – Vallée de la Romanche, les Fréaux – 11 janvier 2017

Comme évoqué dans l’un de mes articles, les découvreurs et ouvreurs de cascades de glace des années 80 étaient des poètes.
« Orgasme, Phantasme, Ectoplasme, Érection, Cagade, Obsession, Verges du Démon, Valseuses » et j’en passe…
Autant de jolis noms pour de belles lignes verglacées.
La Croupe de la Poufiasse… quelle élégance… est l’une des grandes classiques des Fréaux dans la Vallée de la Romanche.
Le monde appartenant à ceux qui se lèvent tôt », un départ aux premières lueurs du jour est le pré-requis indispensable pour ne pas avoir de cordées au dessus du casque !
Sinon s’abstenir….
Au menu : froid sibérien et glace cassante.
Grand beau temps très ensoleillé avec crème à bronzer pour ceux d’en face sur le Plateau d’Emparis !!!
Un second parcours pour Sylvain et entonnement une première pour François, grand amateur d’escalades exotiques…

6 longueurs, relais équipés pour le rappel, sur rochers ou arbres.
Cotations : IV / IV+ voire V à la sortie de la colonne, selon les conditions.

Merci à Sylvain pour sa contribution photos !

Et vivement la prochaine…