Galère dans le Vercors – 14 juin 2018

Dans la série « Je refais les grandes voies d’escalade de ma jeunesse », l’objectif du jour : le Spigolo aux Deux-Sœurs, avec l’ami Ludo.
A 8h15, nous arrivons au parking situé au dessus de Prelenfrey, dans un brouillard épais et un petit vent frisquet, cela n’entame pas l’optimisme inoxydable de notre cordée.
Parvenus à  l’aplomb du Col de l’Arzelier, nous nous élevons par une bonne sente en lacets, puis par un couloir et de raides gradins exposés, nous arrivons à l’attaque dans le brouillard et de fortes rafales de vent.
Enfin, la première longueur ruisselle, c’en est trop : nous renonçons !
Il est 10h et un plan B s’impose : ce sera Presles.
Retour au parking au pas de charge par la belle sente aérienne qui longe les falaises des Deux-Sœurs.
Transfert routier vers le sud, via la vallée de l’Isère et à 14h30 nous quittons le parking de Presles pour la Discrète dans le secteur du Nid d’Aigle.
Arrivé au départ de la voie, je constate dépité que dans la précipitation; j’ai oublié mon baudrier à la voiture.
Décidément cette journée est maudite…
Après 45 minutes de marche éreintante en plein soleil,  je suis liquéfié et les jambes bien entamées…
15h45, la grimpe commence enfin.
Après 5 longueurs, l’escalade se durcit et nos bras aussi, alors nous bifurquons dans l’ultra-classique Nid d’Aigle pour sortir sereinement sur le plateau !
 

La trace de l’approche du Spigolo :

Télécharger

 

Nos aventures tout en images :

 

 

 

 

 

 

 

5 Comments

  1. Christian

    Whaou…quelle folle journée, bravo les gars !

    Soudainement………..je me rappelle d’un certain NId d’Aigle dans le brouillard en 2008…….

    Bizz

    Christian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.